• [Eldarya] Recueil d'OS

    [Eldarya] Recueil d'OS
    Participations à des concours d'écriture sur le forum, écrits pour d'autres joueur.se.s, je sauvegarderai tout ici !
    Evidemment tous ces textes sont entièrement personnels, je vous prierai de ne pas vous sentir libre de les copier, même partiellement.

    Bonne lecture ~

  • Concours estival 2018

    [IMAGE TIREE DU JEU]

    Thème : "Racontez vos vacances eldaryennes"

    ______________________________________________________________________________________________

    Seraphina's Summer

     

    « C’est une farce, n’est-ce pas? Depuis quand les gardiens ont-ils des vacances ?
    - Officiellement ce n’en sont pas. »

    Ayorin caressa l’oiseau qu’elle venait de rappeler. Sa Sowige, docile, replia ses ailes, posée sur son gantelet. Sa maîtresse lui offrit une sucrerie avant de la relâcher.
    La jeune femme se retourna vers son interlocuteur, un sourire aux lèvres.

    « Mais officieusement, oui, c'est cela Nevra ?
    - Exactement. Cet été sera assez tranquille. Deux grands groupes sont partis chez nos voisins les kappas, d’autres chez les Fenguangs, mais c’est juste pour proposer des soutiens ou des services. Ceux qui restent aux QG doivent effectuer des missions pour Eel, mais elles sont assez récréatives, expliqua le vampire. Si vous ne faites pas comme l’an dernier, ce serait parfait...
    - Quoi, l’an dernier ? Ce que les Étincelantes nous avaient proposé était génial, et beaucoup de gardiennes s’étaient amusées.
    - Vos bêtises étaient… incommensurables.
    - Je ne vois pas de quoi tu parles. J’étais “Réflexion”, et nous étions sages, répondit sincèrement l’Angélique.
    - Ezarel ne serait pas très d’accord, avec vos expériences bizarres…
    - Ah! (Elle eut un petit rire moqueur.) Quel susceptible !
    - Avoue que vous étiez des catastrophes...
    - Pas du tout ! Et nous n’étions pas les pires, ajouta t-elle avec un sourire. Sais-tu si Niroya est parti ou s’il sera avec nous?
    - Eh bien, vous êtes partis en missions à quelques jours d’écart. Il n’est pas encore rentré. Du coup il viendra dans notre groupe à son retour.
    - Oh oui! Et quand commencent les missions ?
    - Demain matin. On commence sur les plages. Tu es dans mon groupe.
    - Tiens, le hasard fait bien les choses...»

    La Séraphine lui tira la langue, de nouveau moqueuse, et rappela une dernière fois ses familiers. Le vampire fit mine de ne pas comprendre et la regarda regagner le QG avec ses oiseaux, alors pensif.
    S’il réussissait son objectif comme il l’avait prévu, Ayorin devait s’attendre à une belle surprise…

    *.*.*.*

    La Céleste observait la mer en attendant son tour de mission. Les groupes effectuaient une sorte de relais pour permettre de répartir les efforts et permettre un repos entre chaque tâche. Des gardiens et gardiennes s'affairaient avec énergie sur les plages, en contrebas, et elle profitait de ce court répit avant le travail qui s’annonçait rude d'avance. Il faisait déjà trop chaud à son goût alors que la matinée n’était même pas encore terminée.
    Elle avait pris soin de s’habiller en prévision de la chaleur estivale mais c'était insuffisant : parce que les missions ne présentaient aucun risque, elle s’était permise d’abandonner pour un temps ses gantelets et ses bottes ferrées ainsi que ses armes; elle ne portait qu’un haut en voile blanc, dos-nu toujours pour pouvoir sentir le vent, au-dessus d’un body bleu confortable et avait attaché ses longs cheveux noirs avec un ruban. Un éventail à la main, elle tentait en vain de se rafraîchir.
    Ayorin était restée sur les hauteurs de la plaine ouest, son “perchoir”, pour profiter des courants d’air venus de la mer. Mais ceux-ci s’avéraient être des bouffées d’air chaud...
    Elle avait le pouvoir d’appeler un vent frais, mais elle se résigna vite : aussi alléchante que pouvait être l’idée, elle pouvait s’avérer problématique pour les faeliens qui travaillaient dans le sable…
    Elle prit donc son mal en patience et vérifia une énième fois son sac, qu’elle referma en sursautant quand elle entendit une voix derrière elle.

    « Tu ne te méfies jamais, Ayorin.
    - Et toi, tu ne perdras donc jamais cette mauvaise habitude?, répliqua t-elle en faisant la moue.
    - Je suis le chef des Ombres…
    - Cela n’excuse rien.
    - Mais ça explique tout. (Il se tourna vers la plage, et mit une main en visière pour observer les gardiennes qui terminaient de ranger, tandis que les garçons qui les accompagnaient faisaient un dernier tour.) Pas mal du tout, déclara t-il calmement après un moment.
    - De? (Elle fronça les sourcils.) Nevra…
    - Hm? (Il sourit.) Je parlais du travail fait. Pas mal du tout, cela nous facilite la tâche.
    - Bien sûr… par quoi commence t-on? La plage en bas, ou celle plus au nord?
    - Nous deux commençons au nord, les autres feront celle-là. Tu as pris assez de corde? »

    Elle acquiesça et ils descendirent les marches de grès. Ils déplièrent le matériel et le vampire expliqua à tout le groupe qui s’était rassemblé les consignes de leur mission. Mesurer les bancs de sable que l’équipe précédente avait nettoyés, évaluer l’évolution de la plage en mesurant et confrontant aux résultats de l’année passée pour calculer le recul des terres, …
    La Séraphine s’appliqua à suivre chacun des ordres de l’Obscur.
    Quand toutes les mesures furent faites et le rapport rédigé, nombreux furent les gardiens et gardiennes qui allèrent profiter de la mer pour fuir la chaleur.
    Ayorin resta soigneusement à l’écart de l’eau. Nevra l’invita, mais elle déclina sa proposition, pestant quand il s’ amusa à l’éclabousser. À la place, elle déploya ses ailes pour retourner rapidement au QG. Quand elle revint, elle distribua des sorbets glacés à la fraise pistachée, que Karuto lui avait permis de préparer.
    Mais pas une fois elle n’approcha la mer, malgré l’insistance du Corbeau.

    *.*.*.*

    Chaque jour, les missions et l’ordre des équipes changeaient. Parfois, Niroya, qui était revenu après plusieurs semaines d’absence, était de la partie et l’Ailée oubliait dès lors la chaleur du soleil, divaguant souvent pour faire une bêtise ou un jeu d’enfant avec son jumeau. Une fois, Nevra les avait trouvés en train de faire des tours de sable, une autre fois ils s’étaient absorbés dans l’observation d’une étoile de mer à dards…
    Il ne comprenait pas comment la Séraphine, si sérieuse et concentrée pouvait être aussi enfantine dès qu’elle se trouvait à proximité du Chat. Mais le pire était certainement quand il lui demandait de venir l’aider dans l’eau. Il savait qu’elle avait une crainte profonde des milieux aqueux. Elle en avait une peur puérile quoique compréhensive. Ne ne sachant pas nager, elle avait un jour manqué de se noyer. Mais s’il voulait réussir, il devait lui faire surpasser sa répulsion de l’eau.
    Ce soir…? Il l’espérait.
    La journée avait été agréable. Il l’avait affectée à une tâche en lisière de forêt et avait tranquillement passé l’après-midi à collecter des réserves de plantes à onguents avec elle avant de rejoindre le QG réuni sur la plage pour fêter la première semaine de labeur. Un feu de camp avait été allumé, les jeux de balles allaient bon train. L’Ailée était installée près du foyer, et tentait de raconter elle aussi des histoires, mais ses contes étaient bien trop doux pour rivaliser avec les récits des gardiens et gardiennes qui siégeaient près d’elle. Niroya, qui s’était goinfré de poisson grillé, semblait être le seul à vraiment l’écouter. Ses oreilles félines s’agitaient et il buvait les paroles de la jeune femme. Nevra ne pouvait que comprendre sa fascination : le talent de conteuse de la Céleste était indiscutable.
    Quand le Chat partit pour se resservir, le Corbeau profita pour rejoindre la jeune femme. Il se pencha discrètement derrière elle, et souffla à son oreille.

    « Tu ne t’amuses pas, mon oiselle ?
    - Je préfère raconter mes histoires à des enfants… il n’y a aucun charme avec les adultes.
    - Tu m’en raconterais une ?, demanda t-il, charmeur.
    - Nevra... (Elle leva les yeux au ciel, mais ajouta, le voyant sérieux :) ...vraiment? Et que voudrais-tu que je te raconte ?
    - Mais… (Il s'avança, et lui prit la main pour y poser ses lèvres.) ...absolument tout ce que tu voudras, mon ange. »

    Ayorin se détourna, gênée, mais laissa sa main dans celle du vampire et acquiesça silencieusement. Ils quittèrent le foyer pour se mettre à l’écart.
    Assise sur un rocher, à une petite distance des vagues qui léchaient le sable, elle ferma les yeux pour se concentrer. L’Ombre se mit délibérément à quelques pas d’elle, les pieds dans l’eau.

    « Il n’y a que La petite sirène qui me vient à l’esprit, mais je n’ai pas envie de raconter une histoire triste…
    - Elle est si triste que ça? (Il fit quelques pas supplémentaires vers la mer.)
    - Très. C’est beau, mais… tellement tragique… Et je sais que tu m’as entendue raconter d’autres histoires, je ne sais pas quoi te conter...
    - Ce n’est rien. Tu me raconteras une prochaine fois. Je voulais passer du temps avec toi avant tout. Et rien qu'avec toi… mon oiselle. (Il se retourna lentement. L’eau lui arrivait jusqu’au mollet.) Tu veux venir ?
    - D-dans l’eau? N...non… Elle doit être froide en plus, il fait nuit.
    - Shhh. Et tu n’as pas envie de fraîcheur après l’avoir espérée toute la journée ? Je ne vais pas te porter jusqu’ici tout de même, hm? »

    La jeune femme avait reculé de nouveau. Le Corbeau vint vers elle pour lui tendre la main.

    « Tu as confiance en moi, n’est-ce pas? Ayorin…»

    Elle avait fermé les yeux et esquissé un petit pas, puis quelques autres extrêmement lents, dans sa direction. Dans la direction de l’eau. Celle-ci clapotait juste devant elle.

    « J’ai envie de te montrer quelque chose, avoua t-il.
    - Je ne peux pas aller plus loin, je suis désolée…»

    La Séraphine s'était figée, crispant ses doigts autour de ceux du vampire. Elle murmura son nom et fit un geste pour retrouver la plage mais il lui tenait toujours la main. Avec douceur, il lui caressa la joue et l’embrassa sur la tempe. Il comprit qu’elle ne pourrait pas aller plus loin. Il se plaça derrière elle et l’enlaça. Ils restèrent un moment, sans rien dire, savourant simplement la présence de l’autre. Progressivement, l’eau remontait avec la marée.

    « Que voulais-tu me montrer…? murmura l’Ailée.
    - D’abord, je voulais que tu viennes jusqu’ici et repousses ta peur. Ensuite… regarde là-bas…»

    Ayorin leva les yeux, et vit que la mer brillait d’une lueur argentée un peu plus loin. Comme des éclats d’argent la traversaient.

    « Q-quelque chose m’a frôlée ! s’ écria t-elle en faisant un geste en arrière.
    - Shhh…. Ce sont des bancs de poissons lunaires. L’été ils s’approchent davantage des plages, et le spectacle de la lumière de la lune sur leurs écailles est magnifique. Si tu ne bouges pas, ils viendront plus près… Je compte profiter de l’été pour te faire découvrir d’autres choses… Toi qui te plaignais de ne pas savoir grand-chose d’Eldarya, tu vas être comblée je l’espère…
    - Merci Nevra…»

    Elle s’appuya sur le torse du vampire et se détendit. Celui-ci l’embrassa sur le front.
    Au loin, les exclamations du QG en liesse leur parvenaient à peine.
    Ils s’ étaient perdus dans la contemplation de la mer d’argent...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique