• His soul was darker than black, jealousy ran into his veins as poison...

     

    His soul was darker than black, jealousy ran in his veins as poison...

    Il posa sa main sur la glace et admira son reflet dans le miroir.  Sa beauté était parfaite.
    Quelques gouttes d'eau luisaient sur la peau lisse et nue de son torse. Combien de larmes avait-il accueilli sur son sein sans qu'il n'en soit touché ? Jamais son cœur froid n'avait réussi à s'apitoyer. Au mieux, un discret sourire étirait ses lèvres, et il le maquillait en un semblant de compassion. Les âmes les plus naïves s'y trompaient volontiers. Qui, de toute façon, pouvait soupçonner le dédain et la méchanceté derrière un masque si charmeur ? Qui pouvait résister à tant de beauté ? Il était tellement séduisant !
    Ses traits fins, ses yeux noirs même, envoûtaient. Sombre et mystérieux, presque subjuguant.
    Il ne comptait plus le nombre de fois où il avait dû séduire pour arriver à ses fins. Il trouvait cela presque amusant, mais toujours l'ennui venait le griser. Pourquoi fallait-il que ce soit si simple ?...
    Ceux qui croisaient son regard ténébreux et profond s'inclinaient devant lui. Ces pauvres serviles qui s'étaient laissé prendre dans ses pièges avaient été trompés par des yeux charmants certes, mais qui reflétaient l'âme la plus obscure qu'il soit.
    Ridicules marionnettes qu'il se plaisait à manipuler. Oh, parfois, elles parvenaient bien à le distraire un peu. Mais jamais très longtemps.
    Insignifiants. Les mortels ne sont que des pantins.
    Aussi glaciales que des onyx, ses prunelles n'exprimaient jamais la moindre once de douceur, ni de chaleur.
    Il regarda dans le reflet le ciel de soufre. L'éclat écarlate l'entourait comme une aura effrayante. Dans le miroir, il paraissait baigner dans une flaque de sang.
    Ayant bâti son empire grâce à la terreur et la soumission, il avait érigé son trône au bout d'un sillon de victimes déchirées et éplorées. À ses pieds se trouvaient foule d'innocents piétinés, de femmes salies, d'hommes trahis, tous bafoués et trompés et déshonorés. Mais il riait !
    Qu'étaient ces misérables mortels face à lui ? Ils n'étaient rien. Sinon des moyens d'obtenir ce qu'il voulait. Des marches pour reprendre sa place en Haut. Tout en haut.
    Il s'étira. Il y eut comme un murmure et une immense ombre noire envahit son image dans la glace.
    Sa fierté... et sa pire frustration à la fois. Ses ailes noires.
    Depuis qu'il avait été déchu, il n'avait cessé de penser à retrouver sa place d'Ange Suprême. Rempli de rancœur, de colère, de rage, Lucifer ne rêvait que de se venger de l'affront qu'il avait essuyé. Il ne supporterait plus la lumière tant qu'elle ne brillerait pas pour lui.
    Il avait décidé de reprendre par la force la place qui lui revenait.
    Et il n'hésiterait pas à se salir les mains...

    Car le diable n'est pas cet horrible démon crochu et cornu... mais le plus bel Ange du Paradis déchu...

     

    Cet OS a été écrit à l'occasion d'un essai ayant pour thème les monstres. J'ai préféré travailler un monstre moral plutôt qu'un monstre physique... et j'ai joué sur beauté/bonté, un monstre (très) beau en apparence mais absolument pas bon.

    La figure paradoxale du Diable me plaît beaucoup, alors voilà...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :